2021-04 - Digitalisation & Pollution

Digitalisation & Pollution, comment optimiser l'équation ?

Par Bérenger COLLOTTE|07 avril 2021|Nouvelles technologies

A l'ère du digital, tout est transformation, optimisation, rapidité, performance, économie d'échelle, bref, tout va très vite, très fort et surtout très loin... On nous le dit assez, et c'est vrai, partager une photo à l'autre bout du monde n'a jamais été aussi simple, (partager cet article sur la plateforme de votre choix non plus d'ailleurs) c'est évident que ça fait rêver, mais attention tout de même, nous sommes entrés dans une nouvelle ère qui doit être manipulée avec précaution si nous ne voulons pas transformer cette évolution fantastique en une accélération redoutable de notre consommation d'énergie et donc de nos émissions de gazs à effet de serre.
La chose chouette ? Nous avons tous la possibilité de contribuer positivement à cette transformation de notre environnement de vie !

Commençons par poser le décor. J'ai passé plusieurs années en tant que directeur commercial Occitanie d'une ESN et responsable commercial sur la région occitanie depuis sa quasi-création.
J'ai eu pleinement le temps d'analyser d'une part, l'évolution de ce métier par rapport aux besoins de mes clients et d'autre part, l'évolution technique et technologique des outils digitaux par rapport à leur utilisation actuelle.

Provenant des Vosges, étant fervent défenseur de notre mère nature et porte étendard dans mon ancien job d'un mouvement pour que nous anéantissions totalement notre impact carbone dans les années à venir, je souhaite partager ici avec vous quelques bonnes pratiques, entièrement à votre portée, pour rendre positif l'impact du digital dans notre civilisation moderne.

L’empreinte environnementale annuelle de l’internet est colossale, de l’ordre de deux fois celle de la France. Heureusement, la démarche d’écoconception peut diviser ces impacts par 2. Reste à disposer d’un outil simple pour identifier les pistes de progrès et évaluer les gains obtenus.

Frédéric Bordage - GreenIT - 07 Novembre 2016

Pour mes anciens clients, un des objectifs clairs de la digitalisation était de faire des économies d'échelles en transformant les méthodes de communication de manière à automatiser les processus de transferts de données.
Remplacer ainsi des processus sous format papier par des processus digitalisés (utilisant un "ordinateur" au sens large du terme) semble plus économique et écologique au premier abord, mais attention à ne pas faire d'addition trop rapide au risque de ne pas bien cerner l'envergure du problème.
Il faut en effet veiller à utiliser cette évolution technologique de manière intelligente.

Vous allez me dire, mais qu'est ce que j'y peux moi dans cette équation ? Et bien en réalité, vous êtes en tant que particulier, un client "final", c'est donc vous qui consommez ces services web de dernière génération et c'est donc à vous de les exploiter correctement !
Prenons un exemple aléatoire, vous ne recevez sans doute plus vos relevés de banque par courrier mais plutôt par e-mail ? C'est excellent n'est ce pas ? Oui, car votre banquier a économisé de l'argent et des ramettes de papier (donc du bois in fine) et vous avez reçu quasi instantanément votre information tant attendue, bien mise en forme, toute belle et toute jolie.
Mais cet e-mail, peut-il être plus nocif qu'un simple courrier papier ? Et bien malheureusement oui, et c'est là que vous intervenez !

En effet, un e-mail qui contient une pièce jointe, avec une image ou un fichier (plus ou moins volumineux), va demander de l'espace de stockage sur un serveur. Ce n'est absolument pas de la magie, ce sont des données, autrement dit des 0 et des 1, beaucoup beaucoup beaucoup de 0 et de 1 qui sont stockés sur des disques durs de serveurs !
Le problème c'est qu'un serveur ne se nourrit pas tout seul comme par magie mais consomme plutôt de l'électricité et a également besoin de climatisation car ça chauffe vraiment vraiment beaucoup la dedans !
Aujourd'hui, des études montrent que la consommation énergétique des serveurs est astronomique et ça ne fait qu'augmenter de jours en jours.

« Le secteur des nouvelles technologies représente à lui seul entre 6 et 10 % de la consommation mondiale d’électricité, selon les estimations – soit près de 4 % de nos émissions de gaz à effet de serre, assène Françoise Berthoud. Et la tendance est franchement à la hausse, à raison de 5 à 7 % d’augmentation tous les ans. »

Laure Cailloce - Le journal du CNRS - 16 mai 2018

Je prends volontairement l'exemple d'un e-mail pour prendre un cas simple, mais cela s'applique naturellement à tous type de transfert de messages sur le web, en particulier les photos et les vidéos qui sont très gourmandes en espace disque. Si on prends en considération qu'une conversation dans Facebook avec des photos ou des vidéos qui sont envoyées régulièrement, tous les jours peut être, vont être conservées pendant une durée indéterminée pour "rien", à part le plaisir de partager un moment de bonheur sur l'instant, il y a certainement une marge de manœuvre que l'on peut exploiter dans un monde ou la source de pollution numéro 1, est en train de devenir l'informatique.

Vous allez me dire, mais que pouvons nous y faire, à notre niveau ? Et bien c'est assez simple en réalité, sans besoin de vous priver de quoi que ce soit ! Seulement, si tout le monde fait quelques petits gestes simples au quotidien, tout le monde vivra mieux cette révolution technologique et tout le monde pourra en profiter pendant très longtemps.

Pour résumer, c'est ce sont des pratiques nécessaires à nous amenervers la sobriété numérique.

Voici donc, enfin, les quelques astuces que je peux vous donner:

  • Avant toute chose, quand vous recevez un e-mail, en particulier quand il contient une pièce jointe, posez vous la question si c'est nécessaire de le conserver ou non ? Si non, supprimez le immédiatement, si oui, archivez le sur votre Drive ou un disque dur de votre choix, et supprimez cet e-mail.
  • Deuxième chose, avant d'envoyer une pièce jointe, regardez son poids. Par exemple, un fichier PDF qui pèse plusieurs Mo (1 Mo = 1 000 000 bits) peut probablement être compressé avec des compresseurs de fichiers PDF en ligne. Certains sites vous proposent notamment ce service comme : https://pdfcompressor.com/fr/ Vous pourrez réduire parfois jusqu'à 95% le poids du fichier. Il en va de même avec les photos, les fichiers musicaux et surtout les vidéos. Si vous avez un fichier de ce type à envoyer en très grande définition, il va peser très lourd, demandez vous alors si c'est nécessaire de l'envoyer dans cette définition. Si ce n'est pas le cas, exportez le dans une dimension plus réduite afin de limiter l'empreinte générée lors du transfert.
  • Gros morceau.. Si vous êtes connecté à un Drive en ligne depuis votre smartphone, faites attention à ne synchroniser que ce qui vous intéresse avec votre Drive et non pas l'ensemble de votre contenu y compris photos et vidéos par exemple. Même si on vous force la main pour que vous le fassiez, vous avez la possibilité de le paramétrer dans les réglages de l'application. Cela vous permettra d'éviter de sauvegarder toutes vos photos en ligne sur votre Drive et vous n'aurez pas tout le temps un service de synchronisation qui tournera en background sur votre téléphone. L'ensemble de ces conséquences peut vraiment être gourmand en énergie si on a la gâchette à photo facile !
  • Enfin, si vous ne prenez pas de photos, vous n'aurez sans doute pas besoin de les envoyer, alors entraînez vos talents de photographe ! Avant de prendre une photo ou une vidéo, demandez vous si il est vraiment nécessaire de la prendre au moment ou vous la prenez, et si vous en prenez plusieurs pour être sûr d'en avoir une bonne, supprimez immédiatement celles qui ne seront pas utiles par la suite. Et si vous trouvez la tentation trop dure à surmonter, ne prenez tout simplement pas votre smartphone lorsque vous voyagez, profitez pleinement de ce que vous vivez sur l'instant, pour votre plaisir, et si après coup, ça vous manque, revenez y plus tard à nouveau, le capteur d'un smartphone n'égalera jamais la puissance de vos yeux pour profiter à nouveau de ce bien être !

J'espère que ces petits conseils feront sens à vos yeux, il ne me reste qu'a vous souhaiter bon voyage sur cet océan de 0 et de 1 !

Prenez soin de vous, profitez de la vie et surtout de la grandeur de la nature !

Bérenger

Restez dans la boucle

Recevez les nouvelles du MONDE NOUVEAU

Ma Mission

Réaliser un Bilan Carbone® vous permettant de prendre connaissance de votre impact sur la planète. Vous accompagner ensuite dans la mise en place d'une stratégie Bas-Carbone et en actions de compensations concrètes afin de trouver un équilibre consommation / Compensation vous permettant de contribuer de manière essentielle à l'atteinte de l'objectif de neutralité carbone mondiale à l'horizon 2050.